Partagez | 
 

 Night of Sadness | Just Myself {En Cours}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 48
Date d'inscription : 22/05/2014
Localisation : Bluesun

Le Registre
Réputation:
31/50  (31/50)
Puissance:
42/60  (42/60)
avatar
Fondatrice
Elgen Vosten
MessageSujet: Night of Sadness | Just Myself {En Cours}   Lun 23 Juin - 19:23






Night of Sadness
just Myself






La Mort. Si tendre. Si belle. Si poétique.
Le Chaos. Si violent. Si sombre. Si effrayant.
La Souffrance. Si dure. Si abrupte. Si forte.

Mort. Chaos. Souffrance. Les trois pilliers d'une vie trop lourde à porter. Pourtant, elle le faisait, chaque jour, chaque nuit. Elle se levait avec cette effrayante impression de déjà-vu. Elle se couchait en sachant qu'elle avait eu raison à l'aube. Une vie monotone, une vie inutile, une vie perdue. C'est ce qu'elle avait toujours redouté, étant enfant.

Si seulement, si seulement elle avait pris une autre voie. Si seulement elle avait été toute autre. Mais elle ne le pouvait plus désormais. Elle était Elgen. Elle était Elgen Vosten. Elle était la Recruteuse des Guerriers de l'Aube. Elle était Membre du Conseil. Quiconque aurait eu cette vie s'en serait contenté, en aurait été heureux. Mais pas elle. Pas de cette façon-là.
Le chemin qu'elle avait emprunté pour arriver jusqu'ici, pour écrire sa propre histoire lui donnait la nausée. Toute une destinée avait été écrite pour elle, dans son nom, dans son sang. Et par le sang, elle l'avait changée. Par le sang, elle l'avait détruite.

Aujourd'hui, tout le monde la connaissait. Elle était connue dans le Monde entier comme une personne d'exception. Son renom n'avait d'égal que sa beauté, l'on disait dans les rues de la Cité. Mais la connaissaient-ils ? Non. Connaissaient-ils son histoire ? Peu d'entre eux. Savaient-ils comment elle était devenue celle qu'elle était aujourd'hui ? Non. Ils n'étaient qu'une bande d'ignorants n'écoutant que les ragots, les récits de ses aventures. Ils n'allaient pas au-delà. Mais pourquoi iraient-ils, de toute évidence ?

La Mort. Le Chaos. La Souffrance. Ainsi s'était déroulée sa vie.

D'abords, ce fut sa Mère. La Mort l'emporta avec toute son arrogance, laissant derrière elle deux enfants et un mari apeuré. Puis, suivi le Chaos, le départ de sa demi-soeur sans laisser de traces. Et enfin, la Souffrance, alors que son père tentait maladroitement de l'élever et de la marier à un inconnu.
Puis, ce fut son Père. Face à la décision qu'elle-même avait prise, celle de ne pas se marier ainsi, il fit volte-face et tenta de la raisonner. Mais tout se passa si vite... Sa mutation se manifesta avec une puissance révolutionnaire. Et son instinct était si sauvage, délivré pour la première fois... La Mort. S'en suivit une période dramatique, celle durant laquelle elle dut faire son deuil et expliquer au Roi lui-même comment toutes ces péripéties étaient survenues. Le Chaos. Lorsqu'elle trouva enfin la force de se joindre aux Guerriers de l'Aube, qu'elle tenta de se maîtriser, la tristesse et la peur étaient toujours présentes... La Souffrance.
Et enfin, ce fut son enfant. Lorsqu'elle aima enfin, qu'elle donna son coeur et que son compagnon s'enfuit en apprenant sa grossesse, elle se forgea une carapace et se mit en tête d'aimer son bébé comme jamais. Jusqu'au jour de l'accouchement, où on lui annonça que son propre enfant était mort-né. La Mort. Son deuil se répéta, une fois de plus, et elle tenta de se réfugier dans son recrutement pour oublier. Le Chaos. Jusqu'enfin trouver un Apprenti qui lui permettait de tenir, d'être fière de quelque chose à nouveau. Mais il n'ôta jamais le deuil. Il n'ôta jamais la Souffrance.

Mort. Chaos. Souffrance.

Un hurlement dans la nuit. Le chant du loup dans l'obscurité. La plainte dans le noir. Si elle avait sa forme humaine, elle aurait peut-être pleuré. Mais elle ne ressentait que de tendres maux en elle, lui enserrer la poitrine. Elle avait besoin de les exprimer. Elle avait besoin de les expulser.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 48
Date d'inscription : 22/05/2014
Localisation : Bluesun

Le Registre
Réputation:
31/50  (31/50)
Puissance:
42/60  (42/60)
avatar
Fondatrice
Elgen Vosten
MessageSujet: Re: Night of Sadness | Just Myself {En Cours}   Mar 1 Juil - 14:52






Night of Sadness
just Myself






Tout n'est qu'ombre. La nuit avait succédé au jour avec une vitesse fulgurante. A croire que même la terre toute entière ressentait le besoin d'Elgen. Ce besoin maladif, à cet instant précis, de n'être qu'une entité invisible. Les ténèbres l'entourèrent, les ténèbres d'une vie.

« Meurtrière. » elle pensa.

C'était ce qu'elle était, une meurtrière, une dévoreuse de vie. Combien de fois avait-elle observé le souffle quitter le corps. Combien de fois elle avait vu l'âme d'un homme s'évaporer. Combien de fois le verrait-elle encore.

« Assassin. »

Elle poussa un râle provenant du plus profond de son être. Elle serra les crocs. La colère était encrée en elle, comme un poison laissant des traces indélébiles. Comme une vérité encrée dans ses yeux, partout où elle avait l'audace de les poser.

« Mortelle. »

C'était ainsi qu'elle se voyait : une âme condamnée à ne donner que la mort. Son Père. Son Enfant. Et tous ceux qu'elle avait déjà déchiquetés, lacérés, détruits. Elle les avait massacrés. Elle les avait mutilés. Les uns après les autres. Elle se souvenait de chacun de leur visage. Mais, en ce jour, elle se souvenait de l'un d'entre eux, particulièrement.

« Joyeux Anniversaire, Père. »

Elle hurla, de nouveau. Ô désespoir, ô regrets, heurtant les parois d'une simple entité. Ils étaient ses frères, ses soeurs, ses amants, elle les avait toujours connus et vivrait avec eux tout le reste de sa vie. Elle le savait. Elle le sentait. Dans un élan de rage contre elle-même, elle s'élança contre la première cible qui lui était offerte et la déchiqueta. La paille et le bois se répandirent sur le sol du Camp.

Elle se haïssait. Elle détestait cet instinct si puissant, si fort qu'elle n'avait pu le contrôler, autrefois. Elle haïssait ces crocs aiguisés, cette fourrure noire comme la nuit, ses yeux jaunes comme la traîtrise, ses muscles forgés pour tuer. Elle gronda, observant la cour d'entraînement sans savoir ce qu'elle y cherchait. De nouveau, elle chargea le premier obstacle et le percuta violemment. Elle poussa un souffle de mécontentement, sentant une douleur lui heurter les côtes.

Le mal physique ne calmerait nullement celui qui lui tenaillait les entrailles. Mais la sensation de ressentir quelque chose en elle la satisfaisait particulièrement. Si elle l'avait pu, elle se serait écorché le cœur, juste pour se prouver qu'il pouvait saigner.

Elle ne saignait plus, pour personne. Elle ne laissait rien entrer. Elle était le lac gelé dans le temps. Elle était les arbres figés dans les montagnes. Elle était ciel sans vent. L'océan sans vague.
Elle était l'instinct sans failles.

© Jawilsia sur Never Utopia


_______×_______

I HAVE DEMONS INSIDE. ✝️ For those days we felt like a mistake, those times when love's what you hate... Somehow, we keep marchin on. There's so many wars we fought. There's so many things we're not. But with what we have, I promise you that, we're marchin on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 48
Date d'inscription : 22/05/2014
Localisation : Bluesun

Le Registre
Réputation:
31/50  (31/50)
Puissance:
42/60  (42/60)
avatar
Fondatrice
Elgen Vosten
MessageSujet: Re: Night of Sadness | Just Myself {En Cours}   Mar 19 Aoû - 21:23






Night of Sadness
just Myself






La muraille ne chutait pas, jamais. Elle demeurait, forte, triomphante, fière. Une façade recouvrant tout. Un dôme de pierres et de fer, qui jamais ne semblait s'user. La pierre ne se fissurait pas. Le fer ne pliait pas. Le cœur d'Elgen était de pierre et de fer.

Dans la nuit tiède et douce, elle était le feu et la haine. Elle n'était qu'un souffle de violence, tant cérébrale que physique. Elle se heurta contre une énième cible, laissant sa fourrure caresser la paille. Elle aurait souhaiter que son âme en soit tachetée de rouge, mais son corps était le seul témoin de son humanité.

« Maître. »

Dans sa tête, quelqu'un venait de s'immiscer en elle. Elle la connaissait bien, cette voix. Elle la côtoyait, au quotidien. Elle les côtoyait toutes, en réalité. Chaque jour, elle s'imprégnait de chacune de ces voix, de chacune de ces âmes qu'elle pouvait entendre, qu'elle pouvait surprendre, qu'elle pouvait comprendre. Elle tourna furieusement la tête et chercha son compagnon.

Sa fourrure brune flamboyait sous les seules lueurs des torches allumées. Bien qu'il soit haut sur pattes, le loup n'atteignait guère sa carrure. A ses côtés, Elgen ressemblait à un Alpha. Les reflets presque blonds qui chatoyaient son poil ne le rendait que plus beau. C'était une bête magnifique. Et ses yeux émeraude la fixaient en cet instant précis.

« Maître ? » elle entendit de nouveau.

La voix résonna dans sa tête. Elgen ne pouvait plus les entendre, parmi les souvenirs, les démons, les larmes et le sang. Et elle savait que lui aussi les voyaient. Il était témoin de ses pensées, lorsqu'il désirait entrer. Elle haïssait que l'on fouille dans sa tête, si bien que son compagnon resta extérieur à son esprit. Mais il devait deviner ce qu'il se tramait en elle.
Il se contenta de la fixer, de ses claires prunelles. Il demeura, ainsi, immobile, à la regarder. Il ne savait certainement pas comment se comporter. Elgen était un instinct impulsif et puissant. Quiconque se dressait face à elle en gardait des séquelles, des blessures ou la mort elle-même. Alors la louve se tourna entièrement vers elle, sentant sa colère se muer en silence. Elle ne pouvait admettre ce sentiment. Elle ne pouvait se montrer faible face à qui que ce fut.

« Que fais-tu éveillé si tard le soir ? » elle lui demanda, s'obstinant à ne pas retrousser les babines.

Le loup la fixait toujours. Le vert noyé dans le rouge. Les prunelles d'Elgen avaient été, autrefois, d'un brun uniforme, comme ses iris naturels. Mais la haine et le sang l'avaient tant mortifiée qu'ils en avaient copié la couleur.

« J'ai entendu du bruit, ma Dame. Je voulais simplement m'assurer que tout allait bien. »

La bravoure, trait de caractère qui le définissait sans hésitation. Mais Elgen n'avait besoin d'aucune aide. Personne ne pouvait l'aider à chasser les Enfers qui se tramaient en elle. Ils étaient son combat quotidien. Ils étaient siens.

« Tout va bien, je te l'assure. »

Il ne souhaitait pas lui faire face. Personne ne le souhaitait. Car elle n'était pas n'importe qui, et plus particulièrement pour eux. Ils étaient Apprentis. Elle était Mentor, Recruteuse, et pire encore, elle était Membre du Conseil de Bluesun. Une noble qui avait accès au pouvoir.

« Tu peux vaquer à tes occupations. » elle continua.

Et qui était-il pour lui désobéir ? Et qu'avait-il de plus à faire ? Personne. Rien. Il ne baissa cependant pas les yeux. Il avait bien raison. Un Karma des Guerriers de l'Aube ne devait baisser les yeux devant personne.

« Bien, ma Dame. »

Elle le regarda partir, en silence, et disparaître dans une ruelle, quelque part, plus loin, dans la nuit. Et de nouveau, elle était seule.

© Jawilsia sur Never Utopia


_______×_______

I HAVE DEMONS INSIDE. ✝️ For those days we felt like a mistake, those times when love's what you hate... Somehow, we keep marchin on. There's so many wars we fought. There's so many things we're not. But with what we have, I promise you that, we're marchin on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Night of Sadness | Just Myself {En Cours}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Night of Sadness | Just Myself {En Cours}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cours de latin
» Cours informatique
» Wednesday Night Raw # 60
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apolion :: Le Camp d'Entraînement-